Innovation : la CDHC met en place un numero, 1523, vert

0
88
Le numero vert de la CDHC

Plus besoin de parcourir des dizaines ou des centaines de kilomètres pour joindre la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun (CDHC). Plus besoin d’utiliser uniquement les médias, les réseaux sociaux, de passer par la voie épistolaire pour porter à la connaissance de la Commission des requêtes et autres cas de violations des Droits de l’Homme. Plus besoin de dépenser son crédit de communication pour dénoncer des personnes qui ont pris d’étranges libertés avec les droits de l’homme.

C’est la substance d’un communiqué de presse rendu public, le 26 juillet 2022 et signé par le président de cette institution. Selon ce communiqué, « Ce numéro est ouvert à toute personne qui souhaite se plaindre d’un cas de violation des Droits de l’homme ou exprimer ses inquiétudes quant à la jouissance de ses Droits, ainsi qu’à des fins informatives. Le 1523 est une ligne de communication libre et sécurisée, responsable et totalement confidentielle, dans le respect des règles éthiques d’anonymat et de protection de l’information. Cette initiative substantielle de la CDHC vise à « contribuer au développement d’une culture des Droits de l’homme […] à la consolidation de l’État de droit et à la lutte contre l’impunité en matière des Droits de l’homme », comme le prévoient respectivement les articles 4 et 6 de la loin° 2019/014 du 19 juillet 2019 portant création, organisation et fonctionnement de la CDHC ».

Il suffit désormais à toutes personnes désireuses d’avoir une information ou témoin des cas d’abus et/ou de violations des droits humains d’appeler le numéro 1523. C’est le numéro vert que la CDHC a mis à la disposition du grand public pour « soumettre toutes requêtes, écouter, assister et orienter les usagers ». Cette démarche, soulignent les initiateurs, a pour « but de mieux remplir ses missions aussi bien de promotion et de protection des Droits de l’homme que de prévention de la torture »

Aussi, peut-on y lire que « […] la CDHC reçoit et traite tous les cas gratuitement et que, de par le principe de l’intégrité du défenseur des Droits de l’homme, elle est une institution ‘’zéro corruption ‘’ ». C’est pourquoi, poursuit James Mouangue Kobila, signataire dudit communiqué, « la CDHC invite donc chaque Camerounais à faire un usage approprié et responsable du numéro vert1523 ».

Selon des défenseurs des droits humains, « la mise en place d’un numéro vert est une bonne initiative. Cela réduit la distance entre la CDHC et les usagers. Mais, il ne suffit pas de mettre en place ce numéro vert, il faudrait aussi que cette Commission soit aussi indépendante et ne donne pas l’impression d’être partiale et qu’elle défend le gouvernement. On ne l’a pas entendu, il n’y a pas longtemps, quand les civils, soupçonnés de vouloir participer aux manifestations et arrêtés lors de celles-ci, ont été traduits devant les tribunaux militaires ».

Au-delà du but poursuivi par les responsables de cette structure, la mise en place de ce numéro vert 1523, comme tous les numéros verts par ailleurs, vise, entre autres, la professionnalisation de l’accueil téléphonique, l’augmentation de la satisfaction des usagers, l’accroissement de la crédibilité de la CDHC auprès des usagers et l’amélioration de son image de marque.

L’atteinte des objectifs sus-visés dépend du type de numéros mis en place. Selon nos informations, il s’agit d’un numéro vert traditionnel directement rattaché à un poste téléphonique fixe, mais que l’usager peut appeler avec n’importe quelle devise, ordinateur, smartphone, tablette, téléphones portables.

Fabien Okwonko

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non