Covid-19 : Faux certificats de tests négatifs trafiqués dans les aéroports étrangers

0
31

Les mis en cause établissaient de faux certificats en reprenant le nom d’un laboratoire existant, puis les transmettent aux acheteurs en format papier ou numérique, contre une somme allant de 150 à 300 euros.  

Sept personnes ont été interpellées dans le cadre du démantèlement d’un trafic de faux certificats de tests négatifs au Covid-19, qu’ils vendaient illégalement à des voyageurs à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. L’enquête a permis « la découverte (dans les téléphones portables des personnes interpellées) de plus de 200 faux certificats négatifs, faits sur place et permettant d’embarquer sur des vols internationaux », a indiqué à l’Afp et le parquet de Bobigny, confirmant une information de M6. Les faussaires présumés, six hommes et une femme, âgés de 29 à 52 ans, sont « poursuivis des chefs d’accusation de faux, usage de faux et complicité d’escroquerie », a ajouté cette source. Le trafic, qui profitait de l’obligation pour certains voyageurs de présenter un test négatif au coronavirus pour pouvoir embarquer, fonctionnait de manière simple : les mis en cause établissaient de faux certificats en reprenant le nom d’un laboratoire existant, puis les transmettent aux acheteurs en format papier ou numérique, selon une source aéroportuaire. « Ils remettaient ces attestations contre une somme allant de 150 à 300 euros », a indiqué le parquet. Ce petit réseau réalisait ces opérations frauduleuses essentiellement pour des « clients » voyageant vers l’Afrique.

Résurgence des nouveaux cas au Cameroun

Dans un communiqué signé le 12 novembre 2020, par le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, « dans les aéroports étrangers, certains voyageurs paieraient pour avoir un test négatif alors qu’ils seraient positifs », peut-on lire dans son communiqué. D’après lui, les prochaines semaines s’annoncent à haut risque avec une probabilité d’aggravation de la deuxième vague de la pandémie qui sévit actuellement dans les pays occidentaux, vu que les fêtes de fin d’année arrivent à grand pas, et nos concitoyens qui vivent en Europe, vont vouloir venir ici passer les fêtes au pays.  À titre d’illustration, dans la journée du 1er novembre 2020, le Cameroun a enregistré 673 nouveaux cas d’après le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie. Dans le district de santé de Penka-Michel, en l’espace de 24 heures, 18 cas de covid-19 dont 17 nouveaux cas ont été enregistrés. Au niveau de l’Hôpital régional de Bafoussam, 05) cas graves ont été signalés ces derniers jours dont 02 actuellement sous oxygène et 02 décès enregistrés. À ce jour, l’ensemble de la région de l’Ouest totalise 1410 cas répartis comme suit : 1290 cas guéris, 68 décès, 34 nouveaux cas et 52 cas actifs.

Elvis Serge Nsaa

Avec l’Afp et leparisien.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non