Au tribunal des plagiaires, des tricheurs et des diffamateurs

0
258

Les médias ne sont plus les plages discursives qu’on croyait ; ce sont désormais des plateformes de plus en plus investies non seulement par les rebuts de l’Université qui se prennent pour des experts, mais aussi par les plagiaires et les tricheurs revanchards qui croient pouvoir donner au scandale la valeur informationnelle du scoop.

Le propre de ceux qui croient compenser leurs limites par l’appétit de la diabolisation et de la délation, c’est l’envie et la haine tenaces. Prenant leur condition de rabougris intellectuels pour un sort que leur aurait lancé un malin génie, ils se trompent constamment et considérablement de colère et de discours : s’ils s’en prennent par exemple à ceux qui ont une aversion insurmontable pour le plagiat et la tricherie, c’est parce qu’ils se figurent qu’ils font preuve de méchanceté, voire de monstruosité en dénonçant les larcins qu’ils se rendent coupables de commettre. Aussi ne ratent-ils pas l’occasion de s’en prendre à ceux qui luttent inlassablement contre l’insalubrité épistémologique et éthique caractéristique de certaines de nos institutions académiques.

Parce que la lutte contre l’insalubrité épistémologique et éthique qui prospère à la faveur de la kleptomanie des plagiaires et des tricheurs doit être menée, nous allons continuer de la mener en dépit des états d’âme de ces diffamateurs qui prennent les plateaux de certaines petites chaînes de télévision de la place pour des tribunaux pertinents.
Lucien Ayissi
Philosophe