Grand dialogue national : l’UPC dit non à toute ingérence étrangère

0
98

Le Secrétaire général de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), l’honorable Robert Bapooh Lipot a donné un point de presse, le 24 septembre 2019, dans la salle de conférence de l’hôtel les députés à Yaoundé. Il s’agissait pour lui de donner la position de leur formation politique sur la situation de crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Aussi a-t-il précisé leur position sur les ingérences étrangères dans la gestion de ladite crise et surtout par rapport au soutien absolu de son parti au Grand Dialogue national (Gdn).

Le 10 septembre 2019, le président de la République du Cameroun Paul Biya, dans un discours très attendu, avait annoncé la tenue du Grand Dialogue national à la fin du mois de septembre 2019.

Depuis lors, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Joseph Dion Guté, chargé de l’organisation et de la conduite ces assises, s’active à travers des consultations préalables pour mieux asseoir les bases de ce dialogue et faire de cette rencontre historique qui se prépare une réussite. Depuis quelques jours, la date et les programmes ont été rendus publics. Ce sera du 30 septembre au 4 octobre 2019.

Le Secrétaire général de l’UPC, l’honorable Robert Bapooh Lipot lors de la conférence de presse

C’est à la suite de la convocation du Grand Dialogue national qui permettra aux camerounais de tous bords de s’asseoir et de tabler sur les questions inscrites à l’ordre du jour, afin de trouver des solutions idoines et souveraines à la crise dite « anglophone » qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest (NOSO) qui suscite beaucoup de convoitises et l’appétit des cercles capitalistes déterminer à s’ingérer dans les affaires intérieures du Cameroun afin de faire main basse sur les richesses du Cameroun. Le chef de l’État, dans son discours, avait même précisé que « d’aucuns se sont même risqués à des injonctions »

Cette tentative d’immixtion manifeste des officines étrangères a été jugée irrecevable par l’Upc. Selon leur porte-parole, elle vise à déstabiliser le Cameroun et à vider de sa vitalité le Gdn. « Nous dénonçons l’improvisation et l’auto-proclamation des médiateurs venant des autres contrées, devenant dans la même perspective porte-parole des (ambaboys). Nous dénonçons et condamnons cette intrusion des étrangers dans la gestion et la souveraineté de notre pays », martèle Robert Bapooh Lipot. Il poursuit en révélant que les richesses naturelles du Cameroun, longtemps protégées par le président Paul Biya, pour en faire des atouts de développement pour les générations futures, sont ce qui attire férocement leur convoitise. La déstabilisation du Cameroun est la meilleure opportunité pour s’accaparer de tout leur patrimoine.

L’honorable Robert Bapooh Lipot s’adresse aux journalistes

Pour le Sg du l’UPC, la souveraineté du peuple camerounais et les institutions qui l’incarnent ne pouvant pas être mises entre parenthèse dans la recherche des solutions à cette crise, il importe dans ce cas que la gestion du climat sociopolitique qui prévaut dans les régions du NOSO et au-delà des huit autres régions du Cameroun, relève de la seule compétence des institutions républicaines. Ces institutions sont garantes par excellence de l’expression de la souveraineté du peuple et non une quelconque intrusion étrangère qui, pour la plupart du temps, s’érige en pompiers pyromanes en gérant de manière chaotique les crises en Afrique. Avant d’assener :  « Le grand damier du fascisme économique et du business des guerres fratricides en Afrique veut à tout prix se déployer sur le sol camerounais en utilisant les crises planifiées dans l’Extrême Nord avec les masques du mouvement Boko Haram et le mouvement sécessionniste dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. »

Leur mobile étant connu et ainsi dévoilé, l’honorable Robert Bapooh Lipot, a saisi l’occasion pour inviter le président de la République Paul Biya, à rester ferme face à ce marché de dupes. Il a appelé les Camerounais à redoubler de vigilance face aux différentes tentatives de déstabilisation ourdies de l’extérieur. Car, en marge des revendications légitimes des ressortissants de la région du NOSO, s’est développée une volonté de mise en action des plans de déstabilisation du Cameroun longtemps échafaudés dans les laboratoires de négation de la dignité et de la souveraineté des peuples africains. « Ne soyons pas dupes ! », a-t-il lancé.

L’UPC invite ainsi les Camerounais à plus de vigilance, à la retenue, au calme et à rester unis et surtout à tourner le dos à ces « agents de Méphisto » comme avait coutume de les appeler Augustin Frédéric Kodock, de regrettée mémoire. Ils doivent faire confiance aux institutions républicaines et attendre la proclamation des grandes décisions souveraines qui seront issues du Gdn. En ce qui concerne les différents groupes et organismes internationaux, l’UPC les invite à respecter la volonté du peuple camerounais et son désir de sauvegarder l’unité et l’indivisibilité de la nation camerounaise. Car, ce dialogue est le cadre par excellence de l’expression patriotique du peuple, ce d’autant plus que la crise qui est appelée à être solutionnée dans le cadre de ce dialogue exige des solutions camerouno-camerounaises sous la houlette du chef de l’État, Paul Biya.

L’action des médias

Pour l’orateur, les médias constituent les yeux, les oreilles et la bouche du peuple. Ils doivent être des artisans de la paix. Pour ce faire, ils ne devraient pas être utilisés comme instruments de manipulation des consciences, orchestrée par certains réseaux et lobbies qui cherchent à contrôler par tous les moyens la gestion de la crise actuelle. Bapooh Lipot interpelle les hommes des médias en des termes clairs : « Nous comptons sur vous pour barrer la voie à ces réseaux qui veulent user par tous les moyens les médias pour susciter les affrontements entre les Camerounais. Ils s’attèle au moment où je vous parle à faire échouer le Gdn».

Une attitude des journalistes.

Pour soutenir ses propos, il a pris à témoin la récente les hommes des médias en indexant la publication de l’article sur l’armée camerounaise par le journal en ligne Médiapart, pour saper l’orgueil du peuple camerounais que représentent le Bataillon d’Intervention Rapide (Bir) et les forces de défense et de sécurité en général. « Nous dénonçons l’utilisation des médias pour saper le moral des forces armées camerounaises, notre armée gardienne de la souveraineté de notre peuple, notre armée, qui porte en son sein et exprime l’orgueil de notre peuple. Cette armée qui a démontré à la face du monde que l’Afrique peut avoir une armée républicaine, régalienne qui soit à même, de sauvegarder l’unité et l’intégrité d’un pays comme le Cameroun. Nous saluons sa bravoure et sa ténacité et nous disons qu’elle a remplie et remplit ses missions et qu’elle a le soutien de l’UPC », a-t-il déclaré

 Au sortir de cette conférence de presse qui a vu la participation de nombreux journalistes, le secrétaire général de l’UPC a fait des annonces en guise de réponse aux questions des hommes de médias. Aussi conduira-t-il la délégation de l’UPC au grand dialogue national pour soutenir et marquer la présence positive de leur parti dans le cadre de la gestion des enjeux et défis qui interpellent l’avenir de la Nation 

Enfin, il a rappelé qu’à l’heure actuelle, l’UPC a une seule direction légale et légitime reconnue par l’Etat du Cameroun, qui a noué une l’Alliance Républicaine avec le Rdpc, « la Direction conduite par l’Honorable Bapooh Lipot Robert ». Il se référait ainsi aux textes du 6è congrès ordinaire du 29 et 30 septembre 2012 au Palais des Congrès de Yaoundé.

Mirabelle Tala

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non