Union africaine : Le président de la commission soutient et encourage l’initiative du dialogue pour la paix au Cameroun

0
148

Les partenaires du Cameroun et les organisations internationales encouragent et privilégient le dialogue dans la recherche des solutions pour le retour de la paix au Cameroun, notamment dans les régions dites anglophones

Dans une note publiée sur le site de l’Union africaine, le président de la commission, Moussa Faki Mahamat, « salue l’initiative du Gouvernement et des parties prenantes au Cameroun de résoudre, par la voie du dialogue, la crise dans les régions du nord-Ouest et du sud-ouest du Cameroun » où vivent les Camerounais d’expression anglaise. Il « encourage toutes les parties à s’engager résolument sur cette voie, dans un esprit de compromis, en vue de parvenir à une solution politique et à mettre l’intérêt du Cameroun au-dessus de toute autre considération ». Aussi réaffirme-t-il « le soutien de l’Union africaine à toute initiative allant dans le sens de la paix, de la stabilité et de la réconciliation nationale au Cameroun et réitère la disponibilité de l’Union africaine à contribuer cette dynamique. »

Cette sortie de Moussa Faki Mahamat, fait écho à l’investissement de la Suisse dans la résolution de la crise dite anglophone, investissement approuvé et appuyé par plusieurs partenaires du Cameroun.

Par ailleurs, selon certaines sources citées par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, le forum des anciens chefs d’État et de gouvernement de certains pays africains ferait « pression sur Paul Biya ». Ce forum qui a reçu le soutien de Tibor Nagy, secrétaire d’État adjoint chargé des affaires africaines, envisagerait d’organiser un colloque ayant pour objectif d’aider les autorités camerounaises « à trouver une solution durable au conflit qui les oppose aux séparatistes anglophones ». Ce groupe, selon Jeune Afrique, est présidé par l’ex-chef d’État mozambicain Joachim Chissano, et est composé d’une quarantaine de membres, les plus actifs étant Olusegun Obasanjo, ex-chef d’État nigérian, Benjamin Mkapa ex-chef d’État tanzanien et Thabo Mbeki, ex-chef d’État sud-africain. Ce dernier aurait téléphoné à Paul Biya à plusieurs reprises afin de l’informer de l’état d’avancement de l’initiative et d’en obtenir son aval. Selon ce confrère, la réponse du président camerounais reste attendue.

Fabien Okonkwo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non