SDF : Ni John Fru Ndi à nouveau kidnappé et libéré

0
507

Selon un communiqué de Jean Robert Wafo, ministre du shadow cabinet du Social Democratic Front (SDF) en charge de l’information et des médias, parvenu à notre rédaction, le président national du SDF, le chairman Ni John Fru Ndi a été victime d’un enlèvement par des individus non encore identifiés, le 28 juin 2019 dans l’après-midi aux environs de 15h30mn.

D’après ce communiqué, les ravisseurs du leader de l’opposition camerounaise sont entrés dans sa résidence de Ntarikon à Bamenda avec des armes à feu. Ils ont tiré à bout portant sur son garde de corps le blessant grièvement puis, ont multiplié des tirs de sommation. Le leader du SDF qui se trouvait à l’intérieur de la maison est sorti pour s’enquérir de la situation. C’est alors que les assaillants l’ont enlevé pour une destination inconnue.

Faut-il le souligner, il y a environ deux mois jour pour jour, le Chairman Ni John Fru Ndi avait déjà été victime d’un rapt alors qu’il était à la tête d’une délégation qui accompagnait, à sa dernière demeure, la dépouille de l’honorable Joseph Banadzem, député Sdf et président du groupe parlementaire de ce parti à l’Assemblée nationale. Ce Rapt n’avait duré que quelques heures.

Environ 24 heures après ce rapt, sur les ondes de RFI, les propos de Joshua Osih, premier vice-président et député du SDF à l’Assemblée nationale laissaient transparaitre l’inquiétude des militants et sympathisants de cette formation politique. « Nous sommes très inquiets de la situation. En ce moment, tous les cadres du parti se sont activés pour trouver une solution rapide, sans violence, à sa libération. Nous avons grand espoir qu’avant la fin de la journée [du 29 juin 2019, Ndlr] nous arriverons à quelque chose. La plupart des groupes sécessionnistes se sont désolidarisés de cette action. Donc nous ne pouvons pas dire avec quel groupe il est. Nous savons que des hommes en civil cagoulés armes de Kalachnikovs l’ont enlevé chez lui. Ce qui n’est pas le modus operandi des sécessionnistes ambazoniens. Tout le monde est inquiet pour sa sécurité, mais je pense qu’aujourd’hui il est prématuré de tirer des conclusions alors que le président national n’est pas encore libéré », affirme-t-il.

Effectivement, dans plusieurs messages audios ayant circulé dans les réseaux sociaux les responsables de certains groupes sécessionnistes, tout en se désolidarisant de cet acte, ont clairement déclaré qu’ils ne sont pas responsables de l’enlèvement du Chairman du SDF. Ces groupes pointent leurs doigts accusateurs sur les groupes qui appartiendraient à «  la République du Cameroun ».

Fort heureusement, il y a eu plus de peur que mal. Puisque vers 22h, un autre communiqué de Jean Robert Wafo annonçait la libération de Ni John Fru Ndi qui s’exprimera en temps opportun. Le ministre du shadow cabinet du Social Democratic Front écrit : « Le président national du SDF, le chairman Ni John Fru Ndi vient d’être libéré il y a de cela 30 minutes. Plus précisément à 21h30 mn. Il se trouve en ce moment dans sa résidence de Ntarikon par Bamenda. Le président national s’exprimera en temps opportun sur les contours de sa détention et sur les circonstances exactes de sa captivité par ses ravisseurs. ». Les militants et sympathisants du SDF, les Camerounais et observateurs de la scène politique camerounaise attendent pour en savoir plus.

F.O.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non