Coopération France-Cameroun : le deuxième pont sur le Wouri érigé en symbole de coopération entre les deux pays

0
358

En marge de sa visite officielle de deux jours au Cameroun, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, et le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, ont effectué, le jeudi 24 octobre 2019, sous une fine pluie, une visite de travail sur le deuxième pont sur le Wouri à Douala, région du Littoral.

C’est avec des parapluies à la main que Jean Yves Le Drian, Emmanuel Nganou Djoumessi et leur délégation respective ont bravé la fine pluie qui s’est abattue sur la ville Douala et ont parcouru le deuxième pont sur le Wouri long de 756 mètres. Ils ont également été sur la base vie de l’entreprise française de construction située sur les berges du fleuve, pour toucher du doigt et apprécier les réalisations françaises au Cameroun. « On avait beaucoup parlé du second pont sur le Wouri, et là je vois déjà cette réalisation conjointe entre les acteurs camerounais et les acteurs français dans un scénario gagnant-gagnant sur un projet symbolique. Il n’y a rien de plus symbolique qu’un pont, car le pont, c’est aussi la qualité de la relation entre le Cameroun et la France. Je salue les entreprises françaises qui ont réalisé cet ouvrage », a déclaré à la presse Jean Yves Le Drian visiblement satisfait.

La qualité de ce joyau architectural résulte des efforts conjugués et du travail acharné des experts français et camerounais. Les travaux ont été financés par l’Agence française de développement (AFD) et le budget d’investissement public (BIP). Cette infrastructure est constituée de deux viaducs routier et ferroviaire. Le viaduc routier est large de 24 mètres et long de 756 mètres. Le viaduc ferroviaire quant à lui est large de 10 mètres et 746 mètres de long. Le coût des réalisations a été estimé à 220 millions d’euros, soit près de 144 milliards de francs CFA.

Jean Yves Le Drian fait le tour de quelques infrastructures financées par la France au Cameroun

Le deuxième pont sur le Wouri qui s’impose déjà majestueusement dans la ville de Douala, sert de prime à bord à favoriser et à faciliter la libre circulation des populations situées sur les deux berges du fleuve Wouri qui étaient confrontées aux embouteillages interminables. Il permet aussi de relier les régions du littoral et du Sud-Ouest. « Ce pont est une curiosité économique et de ce fait une attraction touristique […] Il montre que l’ingénierie française est performante » », a indiqué Emmanuel Nganou Djoumessi dont l’humeur enjouée n’a pas échappé à son hôte et de nombreux observateurs.

Selon Le Drian, les deux pays sont désormais ensemble pour affronter les grands défis de l’avenir. La France est résolument engagée aux côtés du Cameroun pour l’aider à surmonter les difficultés relatives à l’enclavement et à construire des infrastructures indispensables pour son développement et son émergence.

Faut-il le souligner, les travaux de construction de ce deuxième pont sur le wouri, devenu une véritable curiosité touristique, au regard du nombre de visites quotidiennes effectuées par les touristes et de nombreux curieux, ont démarré en 2013. La réception provisoire générale a été effectuée en 2018. La période de garantie qui court depuis février 2019 et qui doit durer deux ans, permettra au terme de celle-ci de relever et de remédier aux imperfections et autres vices de construction dont certains ont été récemment signalés.

La présence des deux ministres a drainé du monde sur les berges du fleuve où les populations riveraines déplorent les inondations observées lors des pluies diluviennes.  

Mirabelle Tala

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non