Renforcement du dialogue et résolution pacifique des conflits : des femmes bâtisseuses de Paix discutent avec des leaders emprisonnés

0
731
Je suis une femme. Je construis la paix, pièce-par pièce

Cette discussion a eu lieu ce mardi, 25 avril 2023, à la prison principale de Yaoundé.

Pour la version anglaise, cliquez ici

Face aux défis mondiaux croissants et à la menace grandissante de conflits, jamais le besoin de Paix n’a été aussi grand. Les femmes bâtisseuses de Paix jouent un rôle essentiel dans la promotion d’une Paix et d’une sécurité durables au sein de leurs communautés et au-delà.

Depuis l’éclatement des conflits armés dans plusieurs régions du Cameroun, les femmes bâtisseuses de Paix ont été à l’avant-garde des initiatives de construction de la Paix dans les communautés et aux niveaux national et international.

En 2021, la plateforme nationale « 1re Convention Nationale des Femmes pour la Paix au Cameroun » a vu le jour. Il s’agit du groupe le plus important et le plus étendu d’organisations et de réseaux de femmes unies autour de la Paix au Cameroun. Elle relie la vision, l’expérience, les compétences et l’énergie de 78 organisations de femmes des dix régions, de toutes les sections de la société civile et de l’ensemble des catégories sociales de femmes au Cameroun en une masse critique pour la Paix. Au nom de tous ceux qui se soucient du Cameroun, elles s’efforcent d’atteindre un objectif commun : promouvoir et restaurer la Paix.

Du 29 au 31 juillet 2021, la plateforme a organisé la toute première Convention Nationale des Femmes pour la Paix au Cameroun, réunissant 1800 participantes au Palais des Congrès de Yaoundé. Le point culminant a été l’« Appel des Femmes pour la Paix », qui a envoyé un signal fort que les femmes du Cameroun sont prête à dialoguer, à contribuer aux négociations et à soutenir un accord de Paix.

Du 19 au 21 septembre 2022, la plateforme a défendu la possibilité d’un éventuel dialogue et l’idée de la Paix en organisant les toutes premières Négociations Nationales des Femmes pour la Paix au Cameroun au Palais des Congrès de Yaoundé. Réunissant tous les acteurs autour de la table de la Paix, les membres de la plateforme ont simulé de véritables négociations officielles de Paix, suscitant une prise de conscience nationale.

Les actions de la plateforme sont guidées par le principe de la résolution pacifique des conflits, d’un dialogue continu et inclusif et d’une justice globale et réparatrice. Le Traité de Paix émanant des toutes premières Négociations Nationales des Femmes pour la Paix au Cameroun stipule dans son Article 13 : « Nous ne fermerons jamais la porte aux négociations ; nous n’abandonnerons jamais le dialogue ; nous nous parlerons en permanence, de manière ouverte et franche, jusqu’à ce que nous parvenions à un consensus sur les questions qui nous divisent. »

Selon elles, cet engagement avec tous les acteurs inclut le gouvernement, la communauté internationale, les communautés locales et la base, ainsi que les groupes armés non étatiques. Le travail de la plateforme est transparent, démocratique et inclusif.

Conformément au principe d’inclusivité, les femmes de la Convention ont rendu visite aux détenus de la Prison principale de Yaoundé le mardi 25 avril 2023. Elles l’ont fait pour apporter le message de Paix aux prisonniers et toucher la réalité de leur vie quotidienne. La délégation était composée du Comité de Pilotage de la Convention des Femmes – cinq femmes bâtisseuses de Paix partout au Cameroun – et des membres du personnel de la Fondation Friedrich Ebert, qui est le Secrétariat de la Convention.

En parlant avec les leaders anglophones emprisonnés, ces femmes et mères disent qu’elles réaffirment leur maternité à l’égard de toute l’humanité – libres et détenus, coupables et innocents, accusés et condamnés.

Selon une membre de la délégation, le premier pas vers la Paix est de voir les personnes assises en face comme des êtres humains et non comme l’incarnation de la cruauté. Les écouter nous permet de connaître et de comprendre leur point de vue et de nous engager avec eux de manière significative.

Leur démarche de visite de la prison s’inspire, selon elles, des célèbres mots de la Déclaration universelle des droits de l’homme, selon lesquels les êtres humains « sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

Avec cette première visite de prison, les femmes de la « 1re Convention Nationale des Femmes pour la Paix au Cameroun » ont une fois de plus montré qu’elles peuvent construire des ponts entre différents acteurs et de n’exclure personne.

Selon une membre de la délégation, les leaders anglophones se sont montrés cordiaux et amicaux, leurs pensées imprégnées d’humanité et leurs idées tempérées par la raison.

À la question « pourquoi maintenant ? », elle a répondu : « Il est impératif que le dialogue mène à la Paix. La solution militaire n’est pas une solution, car la guerre est ingagnable. Personne n’est prêt à payer le prix de la victoire qui est la perte de vies humaines à grande échelle par une cruauté et une brutalité extrêmes ».

Enfin, après la visite de la prison, la Représentante résidente de la Fondation Friedrich Ebert a déclaré : « La Paix est en même temps un point de départ, un voyage et une destination. Les femmes sont le maillon négligé de la chaîne de la Paix. Les femmes du Cameroun veulent la Paix et le disent fièrement à tout le monde, en reprenant le slogan de la Convention : ‘Je suis une femme – je construis la Paix, pièce par pièce.’ »

Twitter & Facebook

camerounpeaceconvention

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non