Pénétrante Est de la ville de Douala : Et si Emmanuel Nganou Djoumessi avait vu juste !

0
143

C’est un secret de polichinelle. La ville de Douala a mal à sa pénétrante Est. En visite de travail dans la capitale économique le 6 août 2019, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi n’a pu masquer sa colère et son amertume. À juste titre, pour un travail sur un parcours long de 9 km, en 3×2 voies, dont la livraison est attendue depuis des mois et qui apporte son lot de désagréments. Les faits sont têtus. Devoir de mémoire.

L’année dernière, le ministère des Travaux publics (Mintp) finalise les spécifications techniques de ce tronçon et transmet le dossier d’appel d’offres (DAO) au ministère des Marchés publics (Minmap) pour passer le marché. Le temps passe. Silence radio. Observant la Coupe d’Afrique des Nations (Can) venir à pas de course, le Mintp sollicite de passer ce marché en gré à gré en utilisant l’entreprise Razel qui avait achevé le lot 1, autrement dit, une entreprise déjà installée à l’entrée Est de Douala et maitrisant les aspects techniques à déployer sur ces 9 km.

Les médias et l’opinion publique fustigent la procédure. Le Minmap sort enfin de sa réserve et produit sa copie. L’entreprise chinoise Wietc est sélectionnée. Le Mintp prend acte. La procédure du gré à gré est abandonnée. Le Mintp organise une conférence de presse et clarifie les zones d’ombres.

De cette conférence de presse, on retient que :

(1) le Mintp fera son travail d’ingénieur, c’est-à-dire s’assurera du respect du cahier de charge sur les aspects techniques.

(2) le Mintp ne connait pas l’entreprise chinoise Wietc. En effet, pour un travail aussi compliqué que celui-ci, il fallait une entreprise expérimentée et lourdement outillée.

(3) la notification du démarrage sera servie dans les jours prochains, à l’effet d’accélérer le déploiement de l’entreprise sur le terrain. En fait, il faut rappeler qu’après l’attribution du marché par le Minmap, elle ne s’était jamais présentée au Mintp. La maitrise d’œuvres non plus. Conséquence, son siège social géographique n’était même pas connu.

(4) le Mintp attend de voir la route mise en service au 30 avril. La Can oblige.

Le gros dilemme était déjà d’observé que la durée d’installation du chantier, de la base vie … devait empiéter sur les délais attendus. Hélas.

Les ordres de service (OS) et les ordres de démarrage (OD) ont été servis. L’entreprise sélectionnée par le Minmap est sur le terrain. Tant bien que mal, elle essaie de gratter çà et là. Mais, l’inexpérience, l’incompréhension de la contrainte technique du marché, l’amateurisme et le sous-effectif matériel et humain sont à l’origine du retard dans l’exécution des travaux et qui engendre le calvaire que vivent les populations.

Pénétrante Est de Douala: à quand la fin des travaux?

C’est pourquoi l’ingénieur le Mintp a frappé du poing sur la table. L’entreprise à lui imposée a étalé au grand jour ses limites et ses insuffisances. Elle est incompétente pour ce genre de travail.

Comment Emmanuel Nganou Djoumessi pouvait-il ne pas être en colère.  »Bon Dieu »!

À chacun qui regardait d’un mauvais œil le Mintp, de constater que c’est en toute connaissance de cause, c’est à l’expérience techniquement justifiée que la sollicitation du Mintp avait été faite.

Par notre silence, nos agissements et prises de position plus ou moins justifiés, nous sommes donc tous coupables de ce qui nous arrive.

Il ne nous reste plus qu’à apprendre à faire confiance à nos ingénieurs, chacun reconnaissant sa place et sa mission statutaire.

Que la paix des nôtres guide le Cameroun. Le gouvernement est UN.

Innocent Kadji

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Votre non